fikowski-3-1024x683

L’importance de la récupération dans votre progression

October 28, 2016 par WeAreAthletic - No Comments

C’est ce que vous faites en dehors de l’entraînement qui compte

 

Je reçois très souvent, comme beaucoup d’autres coach internets j’imagine,  des e-mails de clients potentiels qui veulent « mener leur training vers le next level ». C’est super ! Je n’en ai jamais marre de répondre à ces gens qui VEULENT s’améliorer ! Assez souvent, je réponds ensuite a ce potentiel client pour apprendre à le connaitre, savoir ce qu’il aime, si nous pouvons arranger une conversation, je le questionne sur ces benchmarks. Une des réponses que j’ai reçu aujourd’hui fut la suivante ….

« Serait il bénéfique de suivre votre programme ? Maintenant je m’entraine 3 fois par jour 5 fois par semaine et je suis coach. Mais honnêtement, j’ai 19 ans et je ne fais que choisir des entrainements que je trouve sur Internet. J’aimerais donc bien avoir un peu plus de structure dans mon programme. J’espère que vous comprenez ma situation. »

Vous voyez le problème ici ?

J’ai eu le plaisir d’être impliqué dans le Crossfit depuis le début. J’ai été impliqué dès les Crossfit Games 2007 et ai entrainé et programmé pour de nombreux athlètes qui, comme beaucoup, ont pu constater l’évolution de ce sport.

Par définition, le Crossfit cherche à mesurer la capacité d’un athlète à s’exercer en haute intensité, manipulant différentes charges externes ou son poids de corps, et ce dans des durées qui sont variables. Chaque année les Games deviennent  plus durs, soit plus longs, avec plus d’events, ou plus lourds. Les athlètes évoluent en fonction des demandes de ces tests.

Chaque année les athlètes s’entrainent de plus en plus, de plus en plus longtemps, et de plus en plus dur. Tout le monde veut être un athlète des Games mais la réalité est que peu y arrivent. Je ne dis pas que VOUS ne pouvez pas y arriver, mais être réaliste est toujours important. Il est vrai que pour survivre aux Games et y faire une bonne performance, vous devez être entrainés pour plusieurs jours de compétition, avec beaucoup de répétitions et des poids lourds. Se préparer pour l’inconnu.

13707220_1825180517718517_1090474171_n

Le problème est que les étapes pour ALLER aux Games sont différentes.

Pour vous qualifier aux Régionals, vous devez être capable d’aller TRÈS LOIN dans l’intensité entre 1 et 4 fois par semaine au maximum, si vous vous battez vraiment pour avoir votre place. On a donc idéalement 1 à 3 tentatives d’un wod chaque semaine pendant 5 semaines, wod qui dure environ 11 minutes. Pourquoi avez vous besoin de vous entrainer 3 fois par jour 365 jours/365 pour des entrainements de 6 à 10 min ???!

Pour vous qualifier aux Regionals, vous devez apprendre à mettre l’intensité suffisante dans les wods des Open .

Pas forcément toute l’année MAIS les mois qui précèdent les Open, vous devez savoir comment aller dans cette « Dark Zone ». Il n’y AUCUN MOYEN que QUICONQUE puisse faire sa en s’entrainant 3 fois par jour toute l’année. Vous ne pouvez pas atteindre l’intensité suffisante à la compétition.

Les Regionals sont une autre histoire. Les wods sont plus durs, il y a plus de volume, les poids sont plus lourds et la compétition dure 3 jours. Mais il y a MOINS d’une heure de compétition totale entre ces 7 events en 3 jours. Donc pas de réel besoin de s’entrainer comme un malade toute l’année pour ce week end.

Ce que j’essaie de dire, c’est que TOUT LE MONDE s’entraine dur. Tout le monde fait des thrusters, clean and jerks, snatches, pull ups et box jumps. Mais peu prennent soin de leur corps comme le font les athlètes des Games.

PROGRAMMATION

2 athlètes que j’ai coaché cette année qui n’avaient jamais atteint les Games ont fait quelque chose de différent par rapport aux années précédents. Ils s’entrainaient MOINS……. Ils s’entrainaient moins. Mais tous les athlètes des Games s’entrainent 9 fois par jours, alors on doit faire pareil aussi ?!! FAUX. Entre Juin et Septembre, ils s’entrainaient Lundi, Mercredi, Vendredi OU de temps en temps Lundi Mardi Jeudi Samedi. Un de ces athlètes a TOUJOURS un job à plein temps de 9 à 5. Ces deux athlètes sont plus forts qu’ils ne l’ont jamais été. Comment ont ils fait pour devenir plus forts en faisant moins ? C’est comme ca qu’un bon programme marche- entrainement, stimulus, récupération. Vous ne devenez pas plus fort à l’entrainement. Vous devenez plus fort dans les moments qui séparent vos séances. Ce qui m’amène à l’aspect récupération.
RÉCUPÉRATION

Quand j’ai participé aux Australia Strongest Man, j’ai eu 2 semaines de deload avant la compétition. Quand j’ai participé à l’Ironman, la meme chose. Pourquoi ? Le repos et la récupération aident votre performance. Les deux athlètes des Games que j’entraine faisaient des jours de récupération une PRIORITÉ par rapport aux jours d’entrainements quand ils sentaient qu’ils avaient besoin de repos. J’imagine que la moitié de la bataille pour y arriver est d’ajuster son esprit à ne pas être addict à l’entrainement. À la place, ils utilisent énormément de méthodes de récupération : massages, chiropractie, kiné, nage légère, sauna, et accordent énormément d’importance au sommeil !

recovery-web-3

PRÉPARATION

La préparation pour le prochain training commence avant que vous ayez pu essuyez la sueur de votre training du jour. Les deux athlètes utilisaient l’éléctrostimulation pour récupérer, immédiatement après l’entraînement en tant que cool down. Chaque session et rest day contenait des exercices de prehab et de rehab légers afin de renforcer le corps pour les parties plus intensives et volumineuses de la saison.

DIÈTE
Je sais que Rich Froning boit du lait et mange du beurre de cacahuète à foison. Mais personne n’est Rich Froning. Mes athlètes utilisent des suppléments qui sont PURS. Si ils prennent de la créatine, ce n’est pas de la créatine avec 3 différents types, c’est de la créatine pure. Si ils prennent des BCAA, ils prennent ceux qui ont un gout de chiotte. Pas les chimiques saveurs fruits avec 100 grammes de sucralose. Ils mangent sainement TOUT LE TEMPS. Ils traitent leurs corps comme une Formule 1 et s’alimentent en conséquence. Pas pour un challenge de 12 semaines, mais pour 52 semaines toute l’année.

LES 1%

La réduction du stress joue un énorme rôle dans les succès des athlètes de haut niveau. Cela peut venir d’activité relaxantes, de s’avoir s’organiser pour ces compétitions, sa journée, son entrainement. Etre sur que rien n’a été oublié. Etre méthodique.

L’athlète que j’entraine qui a un job à plein temps travaille sur un stand up desk. Il se couche à 9 heures du soir. Il porte des lunettes spéciales après 7 heures du soir pour aider à stimuler la mélatonine pour un meilleur sommeil. Il ne s’assoit jamais sur le canapé. À la place, il s’étire, fait de la mobilité ou de l’électrostimulation quand il regarde la télévision. Combien d’entre vous font ca ?!! Je suis au bureau maintenant en train de taper cet article alors que je devrais être debout. Vous êtes sur votre téléphone maintenant en lisant cet article alors que cet athlète a déjà mis ses boulquiesses, son masque pour dormir et en est à son premier cycle de sommeil.

Ce sont JUSTE QUELQUES ASPECTS de la vie d’un athlète de haut niveau que vous ne faites pas. Au lieu d’essayer de s entrainer plus, pourquoi ne pas s’entrainer moins, un peu plus spécifique MAIS vraiment bosser sur vos méthodes de récupération. Beaucoup sont addicts au fait que s’entrainer plus procurait plus de résultats MAIS la réalité est que vous nourrissez simplement votre désir de vous entrainer. Vous vous améliorez peut être, MAIS je suis presque sur que si vous faisiez MOINS vous auriez plus de résultats.

Article écrit par Bobby De Rawstrengthandconditioning.com

Traduction de l’article de Raw Strenght and Conditioning par Tristan Kirchner